Publié le 17.01.2013, Le Parisien

UFC-Que Choisir a annoncé jeudi qu’elle portait plainte contre Free Mobile, devenu le quatrième opérateur français il y a un an,à l’issue d’une étude sur la qualité de service du réseau 3 G de l’opérateur. Son président, Alain Bazot, explique que l’association de consommateurs«met en évidence le manque criant de qualité des services 3G de Free Mobile en itinérance et, forte de cette expertise, dépose plainte contre l’opérateur pour pratiques commerciales trompeuses».

Il ajoute que «tous les éléments semblent indiquer que Free Mobile agit de manière à décourager laconsommation de données (internet mobile, ndlr) pour éviter de payer à Orange une trop grande quantité de données».

Free a signé un accord d’itinérance avec Orange-France Télécom pour utiliser une partie de son réseau 2G et 3G le temps qu’il complète sa propre infrastructure. «On ne recrute 5 millions d’abonnés qu’avec un service au meilleur niveau, surtout avec des offres au meilleur niveau !», se défend le patron de Free, Xavier Niel, dans une interview au Figaro de jeudi. Il admet que «sur le “streaming” vidéo et certains téléchargements en Ile-de-France aux heures de pointe, il y a pu avoir des débits insuffisants», ajoutant que l’UFC «mesure la qualité séparément sur le réseau propre de Free et en itinérance sur Orange, cela n’a pas de sens. Dans la vraie vie, le consommateur a toujours le meilleur des deux réseaux».

L’UFC rappelle également qu’un rapport de l’Arcep (le régulateur des télécoms) de novembre 2012 montrait déjà très clairement que Free Mobile avait «des performances assez médiocres pour des usages tels que la navigation web ou le visionnage de vidéos en streaming » . Ce que conteste Xavier Niel, pour qui cette étude de l’Arcep plaçait «le service de Free Mobile à un excellent niveau».

 > Lire le communiqué de UFC-Que Choisir