Entretien Vincent Lindon : 12 novembre 2011 // L’express n° 3148

Ce qui me révolte en ce moment : le côté magouille des opérateurs téléphone. Dès le lendemain, si je suis président, c’est fini. Tout devient claire. Plus de : “on vous change votre téléphone mais vous resignez pour deux ans, monsieur.” “chez ta mère, je vais le signer ton contrat, mon gars ! ” Prenez encore les miles d’avion : ils sont inutilisables. Ce n’est jamais le bon avion, jamais le bon pays, jamais la bonne distance, jamais la bonne période. Jamais. J’en ai marre d’être pris pour une trompette.